Petite conversation entre Père et fils...

Publié le par Eagle

Imaginons une conversation entre Dieu, notre Père Céleste, et l'un d'entre Ses enfants... Ne pourraient-ils pas se dire à peu près ceci...? Nous sommes si prompts à Lui faire des reproches, ne sachant pas regarder au-delà du visible. Apprenons à Lui faire confiance, tout simplement, en toutes circonstances.
 
Moi : Père, puis-je te poser une question ?
 
Dieu : Bien sûr
 
Moi : Promets-moi que tu ne seras pas en colère...
 
Dieu : Je te le promets.
 
Moi : Pourquoi as-tu laissé tellement de choses m'arriver aujourd'hui ?
 
Dieu : Qu'est-ce que tu veux dire ?
 
Moi : Eh bien, je me suis réveillé en retard...
 
Dieu : Oui.
 
Moi : Ma voiture a pris une éternité pour démarrer...
 
Dieu : Très bien !
 
Moi : Ce midi, ils ont mal fait mon sandwich et j'ai dû attendre...
 
Dieu : Huummm huummm...
 
Moi : Sur le chemin du retour, mon téléphone a été coupé, alors que j'étais en ligne...
 
Dieu : Très bien !
 
Moi : Et en plus de tout cela, quand je suis rentré, je voulais juste mettre mes pieds dans ma nouvelle machine à masser les pieds et me détendre... MAIS ça ne marchait pas ! Rien n'a fonctionné correctement aujourd'hui ! Pourquoi as-tu permis cela ?
 
Dieu : Laisse-moi voir... L'ange de la mort était auprès de ton lit ce matin et j'ai dû envoyer un de Mes Anges le combattre pour protéger ta vie . Je t'ai laissé dormir pendant ce temps-là.
 
Moi (humblement) : OH !!!
 
Dieu : Je n'ai pas laissé démarrer ta voiture car il y avait un conducteur ivre sur ton itinéraire qui t'aurait heurté si tu avais été sur sa route.
 
Moi (honteux) : ...
 
Dieu : La première personne qui a fait ton sandwich aujourd'hui était malade et je ne voulais pas que tu attrapes ce qu'elle avait. Je savais que tu ne peux pas te permettre de manquer le travail .
 
Moi (embarrassé) : Très bien...
 
Dieu : Ton téléphone a été coupé parce que la personne qui appelait allait donner un faux témoignage sur ce que tu lui aurais dit. Je ne t'ai pas laissé lui parler afin de te protéger.
 
Moi (doucement) : Je vois Père...
 
Dieu : Oh, et pour le massage des pieds, il y avait un défaut dans l'appareil qui aurait fait sauter toute ton installation électrique et aurait plongé ta maison dans le noir, ce soir. Je ne pense pas que tu aurais voulu être dans l'obscurité .
 
Moi : Je suis désolé Père...
 
Dieu : Ne sois pas désolé, apprend juste à me faire confiance.... en toutes choses, bonnes et mauvaises.
 
Moi : Je vais te faire confiance.
 
Dieu : Et ne doute pas que mon plan pour ta vie soit toujours meilleur que ton plan !
 
Moi : Je ne veux pas douter, Père. Et laisse-moi te dire MERCI pour tout, aujourd'hui !
 
Dieu : C'est bien, mon fils. J'aime m'occuper de mes enfants...

 

Petite conversation entre Père et fils...

L'hôtel accepte-t-il les chiens ?

Publié le par Eagle

Un hôtelier reçoit une lettre de réservation sur laquelle on lui demande si l’hôtel accepte les chiens.
Il répond ainsi :

" Monsieur,
 
Depuis vingt ans que je dirige cet hôtel, aucun chien ne m’a volé de cendrier, ni brûlé les draps avec une cigarette. Je n’ai jamais dû appeler la police pour un chien en état d’ivresse ou qui essayait de partir sans payer. C’est pourquoi, bien sûr, je reçois les chiens avec plaisir.

PS : Si votre chien le désire, vous pouvez l’accompagner ! "
L'hôtel accepte-t-il les chiens ?

Quel joug portons-nous ?

Publié le par Eagle

Il y a quelques semaines, je vivais une situation qui demandait juste de ma part de la patience car j’en connaîtrais l’issue dans quelques mois. Mais j’avais perdu ma paix, je faisais tous les scenarii possibles et bien entendu souvent les plus douloureux, j’étais enfermée dans l’inquiétude, la souffrance que j’imaginais à venir, bref je m’apitoyais à l’avance sur mon sort. Je me confiais bien entendu à mon Seigneur, mais mon cerveau « bouillonnait » tellement que j’étais consciente que je n’arrivais plus à Lui laisser de place.
 
Le Seigneur, qui connaissait mon combat et mon désir de retrouver la plénitude en Lui, a susurré dans mon cœur avec amour et douceur :
« Mon joug est doux et mon fardeau léger » (Matthieu 11-30)
 
Il me l’a répété pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que je m’arrête et m’introspecte. Il était clair que je ne portais pas Son joug. Donc, quels étaient les jougs dont je m’étais chargée ? J’en ai fait une liste devant Dieu :
* le joug d’esprit de sacrifice
* le joug de mes raisonnements
* le joug des convictions des autres, qui me culpabilisent parce que ce ne sont pas les miennes
* le joug de l’enfermement dans Sa Parole en ne laissant plus la liberté à l’Esprit
* le joug de mes décisions, actions que je prends en croyant qu’elles plairont à Dieu.
Et à la suite de chaque énumération, je concluais : mais Dieu ne me l’a pas demandé.
 
Pour ma vie, j’ai besoin de me rappeler ces versets que j’affectionne particulièrement :
 
« Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies dit l’Eternel » (Esaie 55.8)
 
« Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir » (Hébreux 13.15)
 
Bien entendu, j’ai voulu connaître la définition exacte de "joug", que je rapporte ci-dessous (source Wikipedia) :
"Le joug est une pièce de bois permettant d'atteler des animaux de trait en exploitant au mieux leur force de traction."
 
Mais j’ai aussi trouvé intéressant le commentaire qui est exprimé sur le verset biblique et je vous le cite donc dans son intégralité. Dans l'Évangile, Jésus dit :
« Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car Je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger. » (Mt 11,28-30)
On interprète souvent, de nos jours, cette phrase comme un appel à une forme de soumission, alors que, de son temps, dans une société agricole, tout le monde comprenait que c'était une proposition de partage de nos tâches et de nos fardeaux. C'est ainsi qu'on peut donc entendre le mot "conjugal", dérivé de joug : un appel à partager, en couple, les joies et les peines.
 
J’ai donc voulu imaginer concrètement cette place à côté de Jésus sous son joug et voici quelques réflexions personnelles :
* je ne peux porter ce joug seule sans l’aide de Jésus
* je dois marcher à Son Pas pour que l’attelage reste équilibré
* je ne peux regarder ni à droite, ni à gauche, ni en arrière, seulement devant
* je dois Lui faire confiance car c’est Lui qui connaît le chemin tracé devant moi
* je peux lui parler librement, car Il est tout près de moi
 
Cette liste n’est certainement pas exhaustive, mais en restant sous son « joug doux », j’ai cette assurance que j’apprendrai à mieux Le connaître et à partager Son intimité.
C’est aussi le souhait de mon cœur pour les âmes de ceux qui liront ce témoignage.
 
Gislaine
Quel joug portons-nous ?

Creation Calls

Publié le par Christine Odie Delpierre

Stunningly beautiful video clips of God's creation, in full 1080p, along with Brian Doerksen's awesome worship song "Creation Calls" ask the question "How can I say there is no God, when all around Creation calls?" This is a very moving video, and a must-see for anyone who experiences God's presence in nature.

Qu'est-ce que l'adoration ?

Publié le par Eagle

une-vie-d.adorateur.jpg

L’adoration est une conversation entre Dieu et l’homme,
Un dialogue qui devrait être constant dans la vie du chrétien.
 
1. Adorer Dieu,
c’est se donner à Dieu ; cela implique l’abandon de toute notre vie comme le sacrifice qu’il demande : notre être tout entier. 
 
2. Adorer Dieu,
c’est notre réponse (notre réaction positive) face à la révélation du Dieu trinitaire. Pour le chrétien, chaque action peut devenir un acte d’adoration s’il est fait avec amour et en réponse à l’amour du Père. La vie elle-même devient un acte d’adoration. L’adoration devient en quelque sorte le métabolisme même de notre vie spirituelle.
 
3. Adorer Dieu,
c’est le résultat d’une communion d’amour entre le Créateur et l’homme ; c’est le point le plus élevé que l’homme puisse atteindre en réponse à l’amour de Dieu. C’est la raison première de la vocation éternelle de l’homme.
 
4. Adorer Dieu,
c’est l’expression d’un cœur rempli d’amour, d’admiration et de louange à Dieu dans une attitude qui reconnaît pleinement sa suprématie et sa seigneurie sur sa vie.
 
5. Adorer Dieu,
c’est l’acte d’un être humain racheté, d’une créature envers Dieu, son Créateur, acte par lequel sa volonté, son intellect et ses émotions se tournent vers Dieu avec reconnaissance, respect et dévotion face à la révélation de Jésus-Christ.
 
6. Adorer Dieu,
c’est « ressentir avec son cœur ». Adorer Dieu signifie donc aussi exprimer ce que nous ressentons de façon appropriée.
 
7. Adorer Dieu et Le louer
sont les expressions d’un amour émerveillé et incommensurable pour notre Dieu et sa présence.
 
8. Adorer Dieu,
c’est la capacité de magnifier Dieu de tout notre être : corps, âme et esprit.
 
9. Adorer Dieu
signifie en substance répandre notre être intérieur sans honte devant le Seigneur Jésus dans un amour passionné.
 
10. Adorer Dieu,
fondamentalement, c’est laisser l’Esprit de Dieu en nous nous mettre en contact direct avec la divinité.
 
11. Adorer Dieu
est la réponse de l’Esprit de Dieu en nous qui nous connecte avec le Père devant qui nous nous écrions : « Abba, Père » du plus profond de notre être.
 
12. Adorer Dieu,
c’est l’attitude normale et idéale d’une créature rationnelle dans une relation rétablie avec le Créateur.
 
L’adoration, c’est un amour extravagant et une obéissance extrême.
 
Extrait de Exploring Worship : A Practical Guide to Praise and Worship (« Explorer l’adoration: un guide pratique à la louange et l’adoration ») par Bob Sorge
 
Oasis House Publishers http://oasishouse.net/

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog